Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Lors moille Karles d’angose e de sudor,
N’ouse parler por ceus qe sunt d’entor.

CCCCLXXXIX[1]

De Roxeillon parole dan Girard,
Li noble duc corajos e gaiard :
11210« Syre emperer, por li temp qi depart
« Vos tenoient plus saje e plus manard
« Q’encor fust roy ni François ni Lombard ;
« Mais an present petit fu vostre esgard,
« Car por orguel, qe sovant trop vos ard,
11215« S’an veit celui qe meis revira tard.
« S’adonque le seüst Malgeris l’Acopard,
« Ne vos doteroit mie si cum il feit li quart.
« Encor me manbre (ne sui pas si veilard)
« Q’entre nos fu ça guere e de gent grand esart,
11220« Quand volevés destrur Renaud et Adelard,
« Madalgis le lairon e son cosin Guiçard
« Par li consoil de cels qe ci en sunt en part,
« Tant qe Rolland, entre lui e Bernard,
« A l’acord fere nos conduit a Monmard ;
11225« Pois fu mon plege e lui e Durindard.
« Quand il s’en veit, je perd mon estendard :
« Aler m’en voil, le partir m’est trop tard,
« A Roxoilon o li carboncles ard.
« En vostre vie ni aieç de moi regard
11230« Se vos ni comencés par consoil de musard. »

CCCCXC[2]

219 aAprés parole li fils al duc Rayner
Pietusemant, dond altrui fist plorer :

  1. — 11212 Qi e. — 11213 M. aupresent — 11215 Se aueit — 11216 Sadonc — 11229 Ren ũre mẽ.