Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En un blïaut s’aloit il resorant ;
De ces novelles se voit esbeïsand.
11180Por Hestos mande, Girarz e plus de çant ;
Au trief le roi vindrent isnelement.

CCCCLXXXVIII[1]

Ens le trief Karles, qi rend grand esplendor,
Entrent ensemble les .xi. pugneor.
218 aLe roy trovent dolant e plein d’iror,
11185Car repentis estoit de cil folor.
Primer parole Hestos li pugneor :
« Dam roy », dist-il, « qe fais scemblant de plor ?
« Quele part ais mandé li mon signor ?
« Qe l’ais feru, ce disent li pluisor.
11190« Est cist le bien e le gré e li honor
« Qe tu nos portes, qe estais en sejor
« E nos te conquirons le cités e li bor ?
« As gran peril de bataile e d’estor
« Somes devant li primer feridor ;
11195« A mort alomes por esamplir ta honor.
« Trop bien nos ais meris en cestui jor,
« Quand cil por cui avons force e valor
« S’en veit irés, Diex sait de son retor.
« Mout l’ais trové ancui plain de douçor.
11200« Por celui Sire c’un clame Redemptor,
« A moi Rolland ne val pas un tambor :
« Se tu m’aüses ferus por tiel labor,
218 b« Bien qe sor moi en tornast la peior,
« Poi te valsist dir qe eis empereor
11205« Qe je ne te ferise de mon brand de color. »

    — 11178 il manque

  1. — 11182 splendor — 11184 di iror — 11188 Quel — 11190 E cist, gree — 11191 tu manque — 11192 E nos coquirons — 11195 to honor — 11196 nos ai m. — 11198 diex soit — 11199 Nou lais — 11201 Se tu mause.