Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

11150« Gerpir me feit le rois ma douz compaigne ;
« Mielz veul morir qe je ni li ensaigne
« Se je riens li valloie en la gere d’Espagne. »

CCCCLXXXVII[1]

Li quens desist d’un agus derupant ;
En uns boscaje, o n’oit voie ne sant
11155Qe il trovast, se fiert demantinant.
Ces brances lui batent parmi son garnimant.
A soi meïsme se guermente disant :
« Ai ! hom gravez de paine et de tormant,
« N’avis jameis repois a ton vivant,
11160« E començais de mout petit enfant
« A durer paine et estre travaillant.
« Par la vertus dou Roy omnipotant,
217 b« Pois je bien dir qe da mort fui aidant
« A cestui roys vers li fils Agolant,
11165« Ke hui moi laidi ensi vilainemant.
« Oliver frere, a Jesu vos comand,
« Hestos de Lengles e tuit mes bienvoilant ;
« Ne moi verés, ce croi, a mon vivant.
« Ceval » feit il, « de toi ai pieté grant,
11170« Quand te devroit coreer ton sarçant
« E je te main por enci travailant. »
Leiron dou quens, droit est qe je vos çant...
En l’ost de France oit un tumulte grant ;
L’un dist a l’autre : « Partis s’en est Roland ;
11175« Ferus l’a Karles, non sevomes comant. »
Devant son trief de pallie d’Oriant
Ert Oliver, el destre poing un guant ;

  1. — 11153 Si q. — 11156 Ces brace — 11157 guaumentot corrigé en demente par une seconde main — 11165 moit laidi — 11169 pece — 11172-11173 Un vers semble avoir été passé par le scribe — 11172 je manque — 11175 ne non s.