Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le rois escrie : « Trenciez cist seduant. »
Mal dehaiz nus q’en feisisent senblant !
Se Rollant fu irez je ne demant ;
En piez saili e mist la man au brant,
11125Le roi ferist, quant il fui remembrant
Qe il l’avoit noriz petit enfant.
Del treif s’en ist honteus et sospirant,
El destrer monte, l’escu et l’aste prant,
Les laces ferme de son heume luisant,
11130Ensi des host belement galopant.
Quant fu defors, si s’an veit speronant :
En stragne guise veult fer son vengemant.
Honte le maine et hiror si tres grant
Ne lui remambre d’ami ne de parant ;
11135Anz q’il retort, par le mien esciant,
De lui veoir seront plus desirant
François et Carles qe mer de son enfant.

CCCCLXXXVI[1]

Iriez parti Rollant de Carlemaine.
Bien sist armez el destrer de Sartaigne ;
11140Ses armes valent un castel d’Alemaigne,
Ester l’espee, c’al mond n’a fers ne fraigne.
Li quens cevauce, anc ne requist compaigne :
Vers Pampalonie costoie la montaigne.
Ne puet parler, tant grant ire l’engraigne ;
11145E quant il parle, si se fist cros et saigne.
217 a« E Diex » dist il, « qe is de tot cavataigne,
« Queil aventure m’avient por bone ovragne !
« Tiel honte n’ai au cors et tiel desdaigne
« Qe je ni sai cum l’arme ou cors remaigne.

    — 11125 Le r. feust, remebrant

  1. — 11139 Biem — 11140 S. a. ualoit — 11141 feres ne f. — 11143 mouraigne — 11144 Ne put p. — 11146 cauaraigne — 11147 Queil uenture — 11148 T. h. maucors.