Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCLXXXV[1]

— N’i aler, frere », dist Riçars li Normant.
— Si ferai certes », dist il ireemant.
Le destrer broce, sa haste paumoiant,
Au treif le rois s’an vient isnellemant,
11095Desist a tere, anc ne requist sarçant,
En tere afice son roit esplié pongant,
L’escuz li pent el flans de l’auferant,
Deslace soi le verd elme luisant,
216 aEl paveilons s’en entre maintenant,
11100Voit les barons entor le roi taisant ;
E l’enperere de grant ire esprant,
Dos guainz de maille veit forment manoiant.
Li quens le garde, si feit chiere riant,
Devant ses piez en jenoillons s’estant,
11105Salüez l’a dou Piere roiamant,
De sa vitorie le voloit feir presant ;
Mais l’enperere n’i leit dir plus avant,
Ançois li dist : « Dan culvers mescreant,
« Avez nos vos encor trovez vivant,
11110« Qe v’en fuïstes de l’estor solemant
« Por quoi morisent e moi el remanant.
« Par vestre orguel, qe demenez si grant,
« N’a estez manchise qe moi e ceste gent
216 b« Ne somes mors, j’en sui bien conoissant.
11115« Mais segond l’euvre en avroiz loemant :
« Ferai vos pandre, par le cor sant Amant. »
A cestui mot a levez le un guant ;
Ferir en veult li quens par mié le dant,
Quant por le nés le consuet tot avant :
11120Le sang en raie, q’en rogist l’açerant.

  1. — 11093 Le destrere — 11095 Desis, requis — 11107 ni lesa d. — 11108 criluers — 11117 luns g. — 11119 leues — 11120 raile qen regist.