Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/112

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En la place de Noble li quens Rollant desant ;
Por le mastre degrez en monte el pavimant ;
10890Ilec a treit cescuns de dos son garnimant.
Les tables sont covertes, les barons laverent.
Anz qe Rollant lavast, Anseïs al poing prent
Et alerent veor Gerarz premerement :
Le quens le conforta, e dist enterement
10895Com avoit abatus des Paiens l’ardiment.
« Mon seignor », dist li dus, « or n’i a mal nïent ».

CCCCLXXVI[1]

Por veoir Filidés veit Rollant li marqis :
Alor n’i puet parler, car estoit endormis ;
Esveiler ne le veult. A soper sont asis :
10900Ne me caut trop a dir dou mangier le servis.
Quant il orent mangié trestoz a lor delis,
Si alerent chouchier tant qe jor esclaris.
L’endomans por matins vont al temple Jovis ;
L’arcivesqe l’a tost sacrés e beneïs,
10905Aprés s’apareila et dist le Diex servis ;
213 aN’avoit fors un seul clerge, qe fu de son peïs.
Quant la messe fu dite, n’i fu plus terme mis :
Por les Paiens envoie qe furent convertis :
A batiçer comance le grant et le petis.
10910E cels qe par defor furent a tornoi pris
Furent de part Rollant de batiçer requis :
Couse qe non, trestoz seront oncis ;
Si lor a grant richece e grant honor promis.
Ilec monstra miracle Nostre Sir Jesu Crist :
10915Tut se batiçerent, anc nel ferent a envis.
La novelle en alla as villens du peïs :
Les chastels e le hors rendirent au marqis,

    — 10889 de crez eu mõce — 10892 prẽdẽt

  1. — 10910 Ce els — 10913 richice a g. — 10915 ferunt.