Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Si qe l’erbe en rogist environs le chemin ;
10750Plus tost qe ne desant nul faucons peregrin
L’en porte danz la prese le bons Amoravin.
Landrais al trapaser le garde al chief enclin
E dist : « Qi t’atendra avra felons vesin.
« Si voir cum tu is le niés Carles le fil Pepin
10755« Ne mais plus ne te vi, te confonde Apolin !
209 b« Mon seignor m’oncesis, Feragu Barbarin ;
« S’orendroit no le vange, ne me pris un sterlin. »
Lors se mist en l’estor pres lui a grant traïn ;
Ja ne s’en partira sens mortiel disiplin.
10760Li quens tient Durendart, veit ferir un Païn,
La teste en feit voler et l’eume Pitaïn ;
Pués feri Corsidés, le prince de Monfrin
(Cil portoit la baniere Landrais, d’uns estorin) ;
Trosquemant en la renge de son brant acerin
10765210 aLe veit tot parfendant com se fust drais de lin ;
Cil bien compra l’eror dou conte palatin.
Escriant vient Landrais : « Hai ! enrajés mastin,
« Dragons pericolos, condurais tut a fin ?
« Guenchis encontre moi, qe sui cief de ta fin.
10770« Maint jentis chevalers ais oncis por engin,
« Qe tut les vengerai sor toi et sor ton lin. »

CCCCLXVIII[1]

Quant Rollant a ohie dou Paiens la menace,
Veillantins lui stratorne q’encontre lui s’aface ;
A onor ne se tient quant un seul Turc le caçe.

    — 10749 regist en (blanc) le chemin ; le blanc a été comblé par une seconde main — 10750 tost manque — 10754 carles fil p. — 10757 terlin — 10759 Ja manque — 10762 P. fiert ; le dernier mot est écrit motrin avec le signe abréviatif de er au-dessus du t — 10765 ꝑ fendant — 10766 leior corrigé en lirour par une seconde main — 10768 D. periolos — 10769 Le premier mot, laissé d’abord en blanc, a été écrit guẽgis par une seconde main

  1. — 10772 doũ p. la menãce — 10773 sauance.