Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Jamés de sa soudee n’en paiera penel ;
Mort le feit averser par dejoste un roisel.
209 aLa oit une bataile et un estorme fel ;
10725De mort e d’abatuz joncherent le praiel.
Qui donc veïst Rollant com les meine a masel :
Ne feit colp tan legeir qe n’aut trosqu’al cervel.

CCCCLXVI[1]

Sor un favel crenu se sist Landrais le jor ;
Por Folqenor aider se mist en la greignor.
10730Cil encontre Rollant, dont il fist grant folor ;
Ja ne li senblera jobler ni arpeor ;
Mielz lui venist atendre le quarel de une tor.
Al conte se jostra, si le fiert plen d’eror :
Son eschu li estroua, onqe n’i oit valor,
10735Mais l’autre garnemant non oit nule peor ;
L’aste par fu tant grosse n’en puet pecier alor
Ne des arçons ne puet averser le contor.
Par derer recula le destrer milsaudor
Si che l’anche derier covent fraper l’erbor.
10740Ja fust del tot cheüz, quant l’esplez frasenor
En dous moitez peçoie en mains de son seignor ;
Le destrier recovra un saut par tiel vigor
Come se fust ferus de trente part entor.
Dou colp q’a receüs le geintil senator
10745E d’onte e de vergoigne li mua la color.

CCCCLXVII[2]

Iriez fu li niés Carles par le colp al Païn.
La primere venjance torna sor Vaillantin.
Les costez i sanglente as esperons d’or fin

    — 10722 soude uẽ p. p.

  1. — 10728 fanel amer — 10732 uenistes a. le qmiel — 10734 estora avec un u ou un a au dessus — 10740 Ia fus — 10743 trenta
  2. — 10748 sanglete.