Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

208 aNe escuz ni obers ne li vaut une gone ;
Par mié le groz dou cor i mist la lance bone,
10695Dou cheval l’abat mort, qe un seul mot ne sone.
A la terce envahie Oliver esperone :
En la prese l’en porte le bai de Marmedone,
Departant Saracins con la chere fellone,
E fiert en mié l’escuz Asillex de Gerone
10700(Ce est une citez dou regne d’Aragone) ;
Ne li vaut garnimant li cuer d’une tasone ;
Le fers li mist el cors, qe de mort le semone ;
Nel puet tenir estriés a tere ne devone,
Si que derier l’oubers al verser ensablone.

CCCCLXV[1]

10705208 bLe jor sist Folqenor sor un destrer isnel ;
Blanz fu d’andeus les flans, si avoit le piz morel,
La crope avoit vermoille come feu de fornel,
La teste tote blance plus qe pene d’ousel,
La crine avoit noire com fust pante a penel,
10710La jambe longe e grose, le piez copiez e bel.
Devant Cataine, el bois pres Mongibel,
Le prestrent marchaanz, qe asez i ourent revel ;
Tot un jors ajornee par vals et par moncel
Corroit il de randons, n’i süeroit la pel.
10715Armez stoit le Paiens et d’eume et de clavel ;
La lance paumoiant, s’an vient tot un vaucel
E veit ferir Ranbauz, un soudoier novel
(Nez estoit de Borgoigne et sire d’un castel) :
Le colp sembla perons q’ensist de manganel,
10720Qe ne escuz ni obers ne li vaut un mantel ;
Son esplié li conduit tres par mié le forcel ;

    — 10693 Ne esuz — 10702 de mor — 10703 estues a t. le d.

  1. — 10705 Se — 10709 La creinea. uoire — 10710 La i. long, copuz — 10713 montel — 10714 Coroit — 10716 uancel — 10717 ranbaluz — 10718 Neez — 10720 nili.