Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cels li ont bien cerqee la plaie demanois.
« Garra il ? » feit li quens. — « Oïl, mais non del mois. »
Li quens a demandez le convers : « Tu, q’en crois ? »
10670— Sire », dist le vasal, « il ert ce qe Diex plois.
« Plus su je coroçez de l’estor ou irois
« Qe je n’i porai estre, dont ai le cuer destrois.
— Amis », ce dist Rollant, « mout is de bone lois ;
« Asiez m’avrïés feit se seul garir porois. »

CCCCLXIII[1]

10675Rollant voit la bataille ou mainte gient perille :
Plus li desire d’estre q’en parfunde eve anguille.
207 bFelidés feit porter el palés de la ville ;
Le mires vont o lui, qel bende e aparille.
Rollant vient a l’estors, la persone nobille,
10680Armez el bon destriers noire come cornille.
Asez plus d’un arpant de davant les .x. mille
La prese a derumpue ; en la greignor s’afille
E fiert un Espagnois qe fu nez de Sibille :
La broine lui falsa tres par mié l’anbelille,
10685La cars e la büelle lui trance et desparille,
Mort l’abati a tere, s’an treit l’aste vermille.
« Outre ! glotons », fet il, « qe mal vos don san Gille !
« Jameis non tornerois a vestre roi Marsille
« Ne jameis non irois en France a feir esille. »

CCCCLXIV[2]

10690Aprés le colp qe fist ceste franche persone,
Ogier a encontrez Stelus de Bargelone :
Sor l’escuz de son col mervelos colp lui done ;

  1. — 10675 ou mamde giẽt pilose olle — 10676 P. le d. destre qe ꝑ fund eue a ualle — 10678 bendet e parille — 10680 uoire — 10681 .xm. mille — 10689 en fraça.