Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

O du mil chevalers li estors comença.
Fundanors de Valtere devant lui encontra :
L’escuz lui a pechiez et l’obers li estroa,
10640Dou cheval l’abat mort, qe geir non treveilla ;
Celui en porta l’arme qe dou ciel trebuça.
Hestous tote sa lance sanglant en retira,
Monjoie la Carlons ! feremant s’escria ;
Si homes le seguirent ; le hestors resforça.
10645207 aDe mort e d’abatus conte ne se dira ;
Qi la oit bones armes, mort li esparagna.
L’arcivesque Trepins atant i ariva
O .viim. chevalers qe Rollant lui dona :
Come leus qe l’en caçe, qe ne garde o il va,
10650Qe se fiert ens boscajes o plus d’arbres i a,
Ensi fierent celor qe Trepins amena
Sor la gient Saracine, o plus dru se trova.
Troi jentils soudoiers a tere desmonta
Par porter Filidés : grant honor s’en fira.

CCCCLXII[1]

10655Le convers en porterent les soudoiers cortois ;
Dou flans li hosterent l’esplié Saragoçois ;
D’un penuns de cendal l’enbendirent estrois ;
Par desor un escuz lavorez a orfrois
L’en porterent a Nobles : ne laserent por pois.
10660Rollant encontrerent chevauchant a esplois,
Oliver devant lui et Ogier le Denois,
A bien .xm. homes a mout rices corois
Por aider le primers q’il verent tote fois.
Quant il vit Filidés, si an fu en esfrois :
10665Ses mires demanda, Casans et Gotefrois
(Jamés ni aloit senz aus a besong de tornois) ;

    — 10640 labati mort la uerse qe g. n. t. Le scribe semble avoir fondu deux vers en un — 10645 ne se tira — 10647 atant ianua — 10650 des arbres — 10651 ferirent — 10652 dur

  1. — 10656 lesplee sarageçois — 10657 cedal.