Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCLX[1]

Le jor fu biaus e cliers a celle començaille ;
Endroit ore de vespre comencent la bataille.
10610Filidés ne demore qe primers nes asaille
Paumoiant son esplié o la baniere baile ;
As Paiens escria : « Mauvaise garçonaille,
« Tot estes mort e pris ; ne cuit qe riens vos vaille
« Machons ne Trivigant, les Diex de fause taille. »
10615Noblians le conuet a l’ansaigne de paille,
Al cors e a la parole q’il feit de desfiaille ;
Il broce le destrer, semblant feit qe l’entaille :
Si an droit s’entrefierent com esparvier sor quaille.
Le fiuz al roi Gilares merveilos coup lui baille :
10620L’escuz al convertiz deromp et escartaille ;
Par le flanc li detrençe dou blans oubers la maille,
Tres par mié le costez la cars decoupe e taille ;
Mais le coup Filidés fu pués de greignors vaille :
Tot lui trance l’escuz e l’oubers lui desmaille ;
10625Garnimant q’il oüst n’i vault une toaille ;
Une toise de l’aste lui mist par mié l’entraille,
Si qe lui detrença tres par mié le coraille ;
206 bL’arme parti dou cors qe remist pers et paille.
Filidés ceit a terre, qe pasmant se travaille ;
10630Plus de mil chevalers le voit, qe por lui braille ;
Par lui ferunt encué sanglant mainte ventraille.

CCCCLXI[2]

Dou coup chiet Filidés, a terre se pasma,
Par l’angosoise plaie roeloit ça et la ;
E Nobliant fu mort, ch’ainc pués n’en releva.
10635Estons en jure Diex le convers vengera :
Le destrers esperone, sa lançe palmoia,

  1. — 10609 comecent — 10612 A p. escrie mauualse g. — 10613 ne cui — 10618 sentrefirirent — 10622 deceupe — 10627 detreça
  2. — 10632 D. c. cheit chiet f. — 10634 chaĩt p. uẽ r — 10636 lança.