Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/449

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5842. Faut-il voir dans Orlin le nom d’Orléans ? En tout cas, il ne semble pas que l’auteur identifie le Gautier qu’il met en scène ici avec le seigneur d’Orléans (Orlens) de Blois (Blos) qu’il fait tuer au v. 8667.

5903-30. La pensée paraît bien, être : « Il croit bien, si son instinct ne le trompe, qu’il est de plus haut rang qu’un marchand de laine. » Mais je n’arrive pas à deviner le substantif qui se cache sous telex, en admettant que j’aie bien fait de résoudre uit en un, comme la graphie y invite.

5906-8. Malgré cette déclaration catégorique sur l’origine bourguignone d’Estout, duc de Langres (cette ville est en Champagne, et non en Bourgogne, mais c’est péché véniel), notre auteur est tombé lui-même plus loin (v. 10201 et 10838) dans l’erreur qu’ont partagée tous ses successeurs au delà des Alpes et d’après laquelle Estout serait sorti d’Angleterre. Voir G. Paris, Hist. poét. de Charlemagne, p. 183, n. 1 ; cf. mes Nouv. recherches sur l’Entrée de Spagne, p. 44.

5936. Vers inintelligible.

5940-2. Il faut avouer que les rapports de Charlemagne avec la Droiture personnifiée sont singulièrement décrits : je ne me rends pas compte du sens exact de robelle (petite roue ?).

5961-2. Allusion la bataille de Pharsale, en Thessalie, où César fut vainqueur de Pompée.

5965 et s. La mention des « Vienois » porterait à croire que le « Girart » dont il est ici question ne peut être que Girard de Vienne. Toutefois, ni dans le Girart de Vienne de Bertrand de Bar-sur-Aube, ni dans la Karlamagnus-Saga, où l’on trouve la traduction plus ou moins fidèle d’une version antérieure de la même chanson, il n’y a trace d’une bataille devant Mâcon entre Charlemagne et Girard. Rien non plus de pareil dans ce qui nous est parvenu des récits sur Girard de Roussillon, oncle d’Estout, dont il a déjà été question (v. 2385 et s.) et dont il sera encore question par la suite (v. 11218 et s., 13273 et s.). Il s’agit peut-être de Girard de Fraite ; cf. la note sur les vers 156-161.

6111. Au lieu de haet lire haete.