Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/445

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3597. Cette sœur de Ferragu doit être de l’invention de notre auteur ; le nom même qu’il lui attribue ne se retrouve pas ailleurs. Dans Fierabras, le géant païen offre aussi à Olivier la main de sa sœur Floripas (v. 1317 et s.). L’auteur du Viaggio copie ici l’Entrée en omettant le nom propre (I, p. 72). « I oti farò perdonare da Massiglio, e dazòti per mogliere mia sorella, che in lo mondo non si potre’ trovare una si bella.... » Plus loin, il a imaginé de donner un rôle effectif à cette sœur de Ferragu dont l’affection fraternelle fait une véritable Furie et que Roland tue en entrant à Nájera revêtu des armes de Ferragu pour la prendre en traître (I, pp. 80 et 82).

3627. Alababir est fautif, et fautif aussi, au v. 12415, Ala ribir, que j’ai corrigé en Alakibir, correction qui doit être introduite aussi au v. 3627. L’auteur qualifiant ailleurs le Dieu des Sarrasins de Kibir (cf. la note sur le v. 2149), il faut reconnaître dans Alakibir une sorte de locution composée avec les deux mots arabes Allah, Dieu, et Kibir, grand.

3661. Au lieu de sbanoie, lire sbanoi.

3697. Mettre une virgule après chief.

3849. Ce vers renferme une locution que je ne comprends pas, bien qu’elle se représente avec une légère variante au v. 12572 :

Incué treroi teil vers fors de la glue.

3923. Le nostre antis, Adam ; cf. la note sur le v. 3267.

3930. On comprend facilement que carte de berbis signifie « parchemin » ; mais il est bon de faire remarquer que cette locution, qui n’est pas usuelle en français, est calquée sur le mot italien cartapecora (abréviation de carta di pecora), désignation consacrée du parchemin.

3934. Naturellement, par saint Espirt il ne faut pas entendre le Saint-Esprit, l’une des trois personnes de la Trinité, mais l’« Esperis » du v. 3921, c’est-à-dire la divinité de Jésus, par opposition à l’humanité morte sur la croix.

3941 et s. Emprunt à Turpin, chap. 17, p. 33 de l’édit. Castets. Cette légende sur le lionceau, mort au moment de sa naissance et ressuscité par le souffle ou la voix de son père, apparaît dans le Physiologus alexandrin et figure dans tous les Bestiaires du