Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/443

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3052. C’est dans la chanson d’Aspremont que Roland tue le fils du roi Agolant, que notre poète mentionne nominativement sous la forme Eumon (à la rime), au v. 12739, où ce prince se trouve aussi désigné comme possesseur de l’épée Durendal, conformément à la donnée d’Aspremont devenue article de foi dans la légende italienne. Une autre allusion à la mort du fils d’Agoland se trouve aux vers 11163-4.

3141. Kibir ; voir les notes sur les vers 2149 et 3627.

3232. Au lieu de abrave, lire abravé ; cf. le Glossaire.

3233-4. Galand, le forgeur d’épées, est célèbre (voir, par exemple, Romania, XXIX, 259) ; mais son prétendu frère, Saradian, paraît être sorti de l’imagination de notre auteur. Le nom de Galand revient plus loin au v. 8427, et c’est encore lui qu’il faut reconnaître au v. 9711, sous la forme latinisée Gallaneüs.

3238. Un Blavian signifie « un denier de la monnaie de Blaye » ; mais cette monnaie n’existe pas réellement.

3245. Bocaran désigne proprement une étoffe fabriquée à Boukhara, ce qui justifie la majuscule ; toutefois la langue a perdu de bonne heure le sentiment que c’était un nom propre, et il est peut-être préférable d’écrire avec une minuscule bocaran, comme on a fait pour la forme bougueran au v. 14125 ; cf. le mot actuel bougran.

3267. La fole anthie, c’est-à-dire la « folle ancêtre » désigne la première femme, Ève. Même emploi substantivé de anti au masc. pour désigner Adam, « le nostre antis », au v. 3923.

3290-1. Mettre une virgule (au lieu d’un point et virgule) après falie, et lire ne sai au lieu de n’ai je, ce qui, sans répondre absolument à la graphie du ms. (uelans), est d’accord avec la formule employée au v. 7614 (bien soit de renart).

3338. Voir la note relative au v. 2124.

3408. Farine correspond à l’ital. ferina, gibier ; l’anc. franç., dit dans le même sens ferain et farain. D’après la Bible (Nombres, XI, 31, etc.), ce sont des cailles (lat. coturnices) et non des bécasses (lat. vulg. acceia, ital. accegia, franc, dial. acée, etc.) qui furent envoyées aux Hébreux dans le désert.