Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/442

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

2605. Il semble que Averser dans la bouche de Roland désigne ici Mahomet (proprement Satan), puis, par une violente syllepse, s’applique ensuite à Jésus. Si je comprends bien le passage, la pensée de Roland est celle-ci « Quand ton dieu savait à peine marcher, le mien savait parler. »

2697-8. Ce sont les quatre dieux principaux attribués ordinairement aux Païens ; cf. la remarque faite plus loin sur le v. 3577.

2720. Aiquin est, dans plusieurs chansons de geste, le nom d’un vague prince sarrasin. On sait qu’une chanson, où on l’a fait envahir la Bretagne, lui a été consacrée (Le Roman d’Aquin, p. p. Joüon des Longrais, 1880). L’auteur de l’Entrée d’Espagne lui attribue arbitrairement le royaume de Portugal ; il ne le mentionne d’ailleurs qu’en passant, mais son continuateur, Nicolas de Vérone, acceptant cette donnée, lui fait jouer un certain rôle auprès de Marsile (vv. 3149 et s.).

2779-93. Je me suis expliqué dans l’Introduction (p. xxxviii) sur la confiance que mérite l’auteur de l’Entrée d’Espagne au sujet des deux garants qu’il invoque ici : je considère ses déclarations comme pures fables.

2810. Le point après troveor est une faute d’impression ; il ne faut aucune ponctuation.

2930. Cette référence au témoignage de « Çan de Navaire » relativement à la mort de Roland ne saurait être contrôlée, et pour cause ; voir la note sur les vers 2779-93.

2971. « Qui ne suet Alexandre » veut dire spécialement (comme le montrent les vers suivants) « qui ne dépense pas largement ». Sur le célèbre conquérant envisagé comme type conventionnel de la largesse, voir P. Meyer, Alexandre le Grand, II, 372 et s. L’auteur de l’Entrée d’Espagne s’exprime plus explicitement sur le même sujet aux vers 10430 et s.

2979. Il vaut mieux imprimer abes (sans l’accent sur l’e), cas sujet sing. employé abusivement en fonction de cas régime.

2985 et 2988. Ostie, hostie ne compte que pour deux syllabes ; cf. la graphie fréquente oiste, hoiste dans les textes purement français.

2992. Ce vers doit être sorti, car il est dodécasyllabe.