Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/432

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Une raisons che vos doit abelir
« (Ja le dist Naimes por Estous garentir,
7925152 a« Quant le rescuis por Ysorés garpir) :
« Une sol home ne poit le munt conquir,
« Soit beus quant veult, fort e de grant haïr,
« Che s’il pur veult a l’orgueil consentir,
« La ou doit pros estre, orgueil li feit fuïr.
7930« Por vos le di, ne vos en sai blandir :
« Quant vos veïstes de Païn tiel enpir
« E jent n’avoies par celor sostenir,
« Cortoisemant v’en devïés partir,
« Si povïés la mort a mant homes guencir.
7935« La vostre fam, chi tot cuide anglotir,
« Aprés mangier vos fera mal geisir. »
Chi dunch veïst Rolant empaloïr :
Li sanc deu cors li comançe a bolir.
« Sire », dist il, « or dites vos plaisir,
7940« Car je sui senpre a vos ire seguir :
« Quant che m’est greu a autre home sofrir
« Me feit contant, soul par vos hobeïr. »
Dist li quens Hue, chi le mis in sorrir :
« Chi t’enjendra, Deus li poist benoïr ! »
7945Au poing le prant, d’iluec le voit tolir.

CCCXXXIX[1]

Por les paroles che fu dau duch au rois
N’i a baron chi non fust muç e quois.
As tendes sunt repaireç nos François,
Hostent lor heumes e treirent lor hernois.
7950Rolant desent dou vair Saragoçois ;
Au desarmer ne fu mie borçois,
Mais quatre fiuz de queins palatinois.

    — 7927 Soint — 7941 hom sofrie — 7944 teiendra

  1. — 7949 hor heumes.