Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/431

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

N’i ert cival che n’ait esté feru
7895En teste, en col, en crope o en bu.
Por poi ch’il n’est Rolant dou sen ensu ;
Areste soi, quant voit ch’il ne puit plu ;
De tante couse ansi dolant ne fu.

CCCXXXVIII[1]

En tel mainere cum vos poeç oïr
7900Entrent Païns, chi ch’en tort au nosir,
151 bEn Panpalune a son tres beus loisir ;
Ferment les portes e se vunt desguarnir.
La veïseç cels hostels reanplir
E les serjans fan o avoine quirir :
7905Tiel noise funt che tot ferunt bondir.
Rolant s’en torne plain de grand desplaisir ;
Il n’ala gaires ch’il a veuç venir.
Roi Salemone Richart e lor sir,
De tot les host e li bon e li pir ;
7910Mais tart vienent le besoin a fornir.
Entor un aubre les a feit retinir
Li duch Rolant, pois li comaince a dir :
« Signor », feit il, « mout saveç bien dormir :
« Dormant quidés vos nemis desconfir ?
7915« Ja ne verois li quatre jor complir
« Che de repois n’avroit trop grant desir
« E cils che voi environ moi sorir
« Gardant l’un l’autre, si cum por escrignir,
« Ferunt lor rois cum mout aguç sopir. »
7920Çarles respunt, che ne se poit teisir :
« Orguel fist ja mant pros homes morir,
« Sire Rolant ; je vos voil descovrir

    — 7895 crope cenbu

  1. — 7905 noise sunt — 7907 gairer — 7910 uienens — 7911 Etor — 7914 A memis, que B a corrigé — 7918 estrignir — 7921 flos homes.