Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/428

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E clame Deus e sa mere e si sans,
Car pou li vaut l’argument tramontans
Nomé de tant, ch’il est reconosans
150 aQueil part les maine les felons condusans,
7810E pur atent les oraje plaisans :
Tot ensemant nos barons Cristians
Leisent la stree e sunt mostré fugant ;
Rolant meesme, tesmogne li romans,
Fu de vint gleves feruç en un tinans
7815E, ne soiés de ce pais mescreans,
Cheit tot envers son destrer auferans,
Mai cil n’oblie estriés, arçon ni frans :
Sel coneüst les culvers seduisans,
Avant ch’il fust drecié en son estans,
7820O mort o pris l’aüsent de certans.

CCCXXXV[1]

François s’en vunt, mester ourent d’aïe ;
Cil lor enchauce che gair ne i ament mie.
Nos Cristïens n’unt la stree guenchie.
Chi dunc metist Oliver en ohie,
7825Por sun ami Rolant cum il escrie :
« Perduç vos ai, flor de civalerie.
« Terre d’Espagne, Damedeu te maudie !
« Jamés ne istrai de paine ni de brie.
« Haï ! Rolant, vestre douç compagnie.
7830« M’unt Seracins hui tolte e ravie.
« Ja Deus ni place che le en port la vie. »
Le destrer urte, des esperons le guie :
Ou chief derier de la jent Paienie
Voldra, s’il poit, doner un’ envahie ;

    — 7806 si fans — 7814 u tinans — 7815 mestreans — 7820 manque

  1. — 7823 nunt — 7831 che eie en p.