Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/426

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A tot set mil s’en est Turquin sevré ;
Mul e serjant e les camels torsé
7750E tot l’ernois ou lor en ont mené ;
Por un senter s’en vunt tuit abrivé,
Les autres sunt vers François adrecé
Tretuit ensemble, cun il l’unt divisé ;
De cor, de tubes sonent si grant planté
7755Ch’il en tentisent le poi e la valé.
Nos Cristïens sunt a Deu comandé ;
Le duch Rolant mout les a conforté,
E l’arcivesche les a tretuit segné.
149 aA cil encontre, signor, la veïsé
7760Pecer tant glaves e tant eschuç borclé
E desmaier tant bon aubers safré.
François crïent :« Ahie, meire Dé ! »
Cun un semblant aspre e desmesuré
S’est li niés Carles enç li grant stor entré ;
7765Por grant iror jostre a un amiré
Che d’Aumarie tenoit les erité :
L’eschu li a e son aubers fausé,
Por mi le cors li mis le fer tenpré,
Le glot oncist, el spirit fu danné.
7770Fausiron broce, si nos a mort Galé
De Vermendois, un civaler prisé.
Deus en ait l’arme, por la soe pieté !

CCCXXXIII[1]

Au frunt davant s’est mis le bon Trepin ;
Le ceval broce, si vait ferir Braïn,
7775Un Espeignois dou çastel de Morfin :
Mort le trabuce dou bon ceval sovin.

    — 7750 en ont manque — 7753 il uunt d. — 7764 stror — 7766 B corrige herite — 7772 D. nait larme por la sa p.

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCCXXXIII