Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Fausiron sire, laison cist menaçer
« E devisons comant devons ovrer.
7720« Je vei li lor feiremant aprester
« Cun por combatre e le camin veher ;
« Je sai de voir, s’i feit bien a penser,
« Ch’il unt mandé a l’ost lor mesaçer :
« Bien nos quident cestor tant delaier
7725« Che son secors lor poroit ariver.
« Feisons adonche par cist autre senter
« Aler Torquins et Astorgant li fer,
« Che bien savront les hernois amener
« E le sarjant, li mul e li soumer ;
7730« Vers Panpalune pensent de chaminer.
« E nos irons ou cestor a jostrer
« Tretuit ensanble, a cent et a miler ;
« Nos les devons bien rompre de liger
« Se il stoient tuit de fer ou d’acer.

CCCXXXII[1]

7735148 b« Quant les avrons runpus et debrisé,
« N’atendrons mie a oncir li aversé,
« Mais chi meus poit ponje ver la cité.
« Je vos sai dir, se trop atendissé
« E il venist les autres repausé
7740« E nos trovaist stanch e desordoné,
« Raison seroit che trop i perdissé ;
« Mais se celor a cui honor porté,
« Sir Maugeris, en Panpelune entré,
« L’onor de Franse avrois mout debasé,
7745« Ch’a l’autre fois che vos v’i aconté,
« Plus valerois et ardiç en seré. »
Cist conseil vient as barons tut a gré :

    — 7724 uos — 7730 pesent — 7731 irons en stor ; B corrige cestor

  1. — 7735 runpus & ebrise — 7740 desonore.