Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/424

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant Maugeris les ardiç cevetaigne...
De loinç escrie : « Maomet vos sofragne ! »
A estendart s’en voit senç demoragne,
7695A Balegant e as autres les ensagne.

CCCXXX[1]

Dist Maugeris : « Je ai les Frans veüs,
« Da set a ot miler sunt e ne mie plus :
« C’est la bandere Rolant li mescreüs ;
« En forer vient, je m’an sui perceüs.
7700« Je croi ch’il m’unt de piece porseüs ;
« Ne savoient che vos fusés venus.
« Je sent Rolant si ardiç e cremus
148 a« Ne s’an ira si i avra coup ferus ;
« Gardeç qu’il soit feremant combatu.
7705« Chi mort o pris poüs aveir li dus,
« Breumant seroit li remanant vençus. »
Dist Fausirons, li pere Feragus :
« Esperonons, ni atardomes plus.
« Beneoit soient Apolin e Chaüs
7710« Ch’en cist dragons Rolant sui enbatu :
« Mais n’avrai joie, si l’avrai conseüs. »
Dist Ysorés : « Quant l’avreç coneü,
« De ce che dites serés taisans e mus.
— Glot », dit le roi, « hui soies tu pandus !
7715« S’andos fuseç une sole vertus,
« Da none a vespre vos avroie vançus. »

CCCXXXI[2]

Aprés parole Grandoine d’outre mer :

    — 7692 Il doit manquer un vers entre 7692 et 7693 — 7693 De loniç — 7695 et as a

  1. — 7698 mescleus — 7716 uespere.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCCXXXI