Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/421

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXXVI[1]

Hestous s’en torne, ireç cum liopart.
Rolant s’en rit, le civaler gailart :
Des doçes per comande a la plupart
7610Che atendisent au roi e a sun esgart.
146 aNostre arcivesches, Oliver e Girart
E Belençer li duch, si fu li quart,
Amoine o lui, pois apelle Berart,
Le latiner che bien soit de renart
7615E le chemins d’Espagne da tot part :
« Monteç », dist il, « sor cist destrer liart,
« Droit ver La Stelle guïeç nos estendart. »
A Deus comande li joune e li veilart ;
Son confalon, chi estoit pint en quart,
7620Feit aporterAubris, li fiuç Brochart ;
Les grans dopliers e les tortiç chi art
Feit estuper, por que les Acopart
Ne lor posent spïer par nul regart.

CCCXXVII[2]

François cevaucent avant l’aube sclarie,
7625Insunt des host, lor voie unt acolie
Enver La Stelle, une cités garnie ;
Panpalunois nes apercuirent mie.
A grant mervoile les conduit bien la spie.
Le duch Rolant lor ensagne e castie,
7630S’il encontrasent la puite jent ahie,
Le nom de lor soit de Sainte Marie.
A l’aube clere, leç la roche Indie,
Trovent la stree des esclois mout chargie :

  1. — 7618 li ioune e ueilart — 7622 por lers acopart
  2. — 7625 Il sunt, colie.