Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/420

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ensi deu trief de soie d’Alisandre,
A l’olifant feit un si grief ton randre
145 bChe oit mile spees en fist as costés pandre.

CCCXXV[1]

7580François s’arment, cui furent comandé,
E Auvernais de Clermunt la cité.
Li veïseç maint tortiç alumé ;
Breumant furent nos civaler monté,
Au trief Rolant tot furent asemblé.
7585Sor li destrer che tramist Ysoré
Monte Rolant, e pois oit domandé
Hestous de Langre : « Cuisin, avant vené.
« En leu de moi en cist host remandré :
« Mis soldoier vos soient encharjé ;
7590« Gardeç lor bien, si cum feire dové.
« Le roi m’envoie por trover mant Asclé
« Qui entrer cuident enchoi en la cité.
« Se lor trovuns, chi nos soit destiné,
« L’entrer lor ert duremant chalonjé.
7595« Se l’en vos mande, soieç aparilé
« De nos secorre a lei d’om aduré. »
Hestous l’oï, mout an fu corocé :
« Sire », feit il, « ensi soit, a nom Dé !
« Mai gardeç bien en queil part vos alé
7600« E che d’ahie mester non aüsé :
« Par cil apostre por cui somes sauvé,
« Por moi non ert un espeiron chaucé.
Dist a ses homes : « Car vos an retorné.
— Voir », dit Gerart, « Estous, or v’en ailé ;
7605« Vestre queisin vos a trou bien paié :
« Il conuit bien de quoi vos delité. »

    — 7578 grief toneus — 7579 Che ote miles spes

  1. — 7596 secorer — 7600 dabie — 7601 someç.