Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/418

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXXII[1]

« De plus de jent », feit li roi, « dir me sais
« Afors che cil ? — Nenil, par sain Tomais ;
« S’a lui en vira plu, ce non sa je pais. »
7525— A nom Deu soit », dit le roi ; « ci t’estais.
« Bien ais ovré, bon meriz en avrais. »
Nostre enperer feit lever sus le drais,
144 bRolant apelle, au col le mist le brais,
L’autre a Oliver, si li a dit en bais :
7530« Demain veirés deu linaje Judais
« Set mil o plus a riche destrer grais :
« C’est la compagne Turquins, le fil Galais.
« S’il le poit feire, bien quident sens forfais
« En Panpelune entrer par nos mesais.
7535— Roi », dit Rolant, « non, se tu ne voldrais. »
Feit Oliver : « Voir, por saint Nicolais ;
« Avant i avront quatre mil eschuç chais.
« Sir emperer, por l’amor che nos ais,
« Otrie a nos a contredir le pais :
7540« Cun pué de jent che tu nos bailerais
« Poras veoir demain un tiel solais
« Dunt n’er sovré le grant dolor che ais. »

CCCXXIII[2]

Dist l’emperer : « Bien vos en pri, signor,
« Ch’a cist besoin soieç de grant valor.
7545« Cevaucerés un poi avant l’aubor.
— Cunbien de jent », dist Rolant le contor,
« Nos donreç vos por encontrer li lor ?
« Car de la jent dunt je sui senator

  1. — 7524 saie pas — 7525 Amom — 7529 ad oliuer — 7530 limaie
  2. — 7547 li bor.