Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/417

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXXI[1]

Grant fu la joie che funt les Arabis,
Mais senç grant noise sunt au super asis.
En le host Deus e deu roi de Paris
7495Sunt Cristïens dolans et aboumis
Par lor çastel ch’estoit en candre mis
E por lor homes che les furent onçis.
Au tref le roi sunt au mançer coilis
Duch, queins et princes, chataines e marchis,
7500Mai mout furent e muç e abroncis.
Atan ec vos Aimonet de Paris,
Un espions deu roi de saint Donis ;
Piece l’avoit l’emperere tramis
144 aParmi Espaigne espiant les païs
7505Se nul secors venist a Maugeris.
Trové avoit la masnee Torquis
De Tortolose a .vii. mil fervestis
Che envers La Stele cevaucent adimis ;
Noncer le vait au roi poesteï.
7510Che sist a table forment mautalentis.
Il s’ençenoile, si li dist en secris :
« Une partie des Paiens Arabis
« Cevaucent, sire, outre cist poi autis
« A troi baneires et un confalon bis ;
7515« Set mil o plus sunt bien, ce m’est avis.
« Droit vers La Stelle s’en vunt les Diés nemis :
« En Pampalune, s’il ni ert conroi pris,
« Cuident entrer avant demain midis.
— Par foi », dit Carles, « gariç m’ais un petis ;
7520« Mai s’il ne sunt a l’entrer bien apris,
« Enver le austor voi voler la pernis.

  1. — 7508 ceuacent.