Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/416

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chi tient la terre c’un clame Orchanie
E destrainç Sarie, une citei garnie,
E Valestraine, ou la negromancie
Trova primer Manigroç de Buçie :
7470La jent dou val che je vos ai gehie
Por lor ensagne aportent tote fie
Un escoler che un Diables lie ;
Plus ne dotent de mort come de vie :
Tuit les cunfunde le fiuç sainte Marie !

CCCXX[1]

7475De cil d’Esturjes ni de cil d’Aragon,
De Tortolose, dou Groin, de Saint Fagon,
Conbre, Luserne, Noble e Charion
Ni de Galice, ni vos faiç mencion,
Che tuit vinent por combatre Carlon,
7480143 bQuant Maugeris a bien leit la liçon,
Dist au mesaje : « Coiemant aleiron.
« Ou sunt il, frere ? » E cil dit : « Por Machon,
« Hui en ste jor en La Stele seron
« E tote nuit est ma entencion
7485« Ch’il venirunt a cuite d’esperon,
« Si che demain a none les veiron.
« Aleç lor contre, si feireç cum prodon. »
Dit Maugeris : « Voiremant, si feiron. »
En estant leve, si le prant au menton :
7490« Bones noveles por ma foi nos avon,
« Cun les pros homes desirent por raison. »

    — 7468 E ual estrame — 7470 nos ahi

  1. — 7487 si peireç.