Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/415

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7440Ceschuns de cil diés mil Paian menra,
Estier les autres che Jonas condura,
Le roi de Cordes, che quinçe mil en a ;
E de Morinde Malingre li sera :
De cinq mil main Maugeris ni faudra.

CCCXVIII[1]

7445Devers Maroch i vient un roi Païn,
En tote Spagne n’oit plu beus Seracin
Ne nu plus prouç ni aore Apolin
143 aNe plus puisant ni de plu noble lin :
Grandonie oit nom e tient en son demin
7450Tretot Maroch e la val de Chaisin
E la Cartaje dou regne barbarin :
Celui conduit contre le fil Pepin
Quatorçe mil deu linaçe Chaïn.
Au nom cestui fist Maugeris enclin ;
7455Maomet jure, Trivigant e Jupin
Ne feira li solel quatre foi son chemin
Che a Carles donra le plus dolant maitin
Ch’il aüst unque par nul felon voisin.

CCCXIX[2]

Avant che fust la cartre defenie,
7460Voit Maugeris ch’il li vient une ahie,
C’est Sadria, le roi de Pinçonie,
A tot sei mil arcer, chi Deus maudie ;
Rois Charions Sadremainos si guie,
C’est une jent ch’ament cevalerie ;
7465Roi Sinador fu en lor compagnie

  1. — 7454 enchin — 7457 doura.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCCXIX