Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/412

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXIII[1]

7360« Signor, mandeç, por Deu le roi dou mont,
« Ch’il nos secore le roi a cestui pont.
« Ja veirés vos che Païn s’en enstrunt
« De la citei, che tuit a ceval sunt. »
Lor li envoie Beraudet de Peimunt.
7365Quant fu partis, li felons Païn funt
Treir lor defice, car bien quatorce en unt :
Les deis mandre ver nostre jent traünt,
Li autre quatre droit al belfrei, s’en unt
Li dos plu mastre pustel frait e derunt ;
7370Le feu en spant, la flame lieve amunt
De cil toneus che bien araiseç sunt ;
Lor ne fu gars che vousist estre amunt,
Car Maugeris feit devaler le punt ;
Païne jent avec lui s’en istrunt,
7375Ja oïrois comant cil la fairunt.

CCCXIV[2]

141 bChi dunt veïst li Deus nemis ensir
De la citei par merveilois ahir.
L’un n’atent l’autre par sa ovre fornir.
Chi oïst le roi sor le sarjans braïr
7380E de sa lance amantenant ferir,
Bien sanble home che vout terre tenir :
As coup de lui ne puet armes guarir,
Feit cil serjant averser e morir,
Iluech ne vaut nule merci quirir.
7385Cil de Beuvais les vient por sostenir ;
Quant Ysoreç les a veüç partir,

  1. — 7364 beaudet. — 7366 Treulor d. — 7368 a belfrei
  2. — 7382 puit — 7386 A soreç.