Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A conseil pois s’en vunt senç nul termin
Li rois, li duch e li queins palatin
E divisent de cief trosche la fin
7275139 bCun il firont contre li Seracin.
Non seit mot Çarles ne nul hon de son lin
Ch’au castel vunt baçaler e mesclin ;
Ne quirent mastre ch’a mener lor dotrin.
Bien sunt .vim. entre garç e guercin
7280Chi s’escrïent : « Conduons cist ençing
« Jusque as portes ; or preinons li çamin ;
« Si le menons pres le mur gigantin. »
Lor le menrent par forçe e par hustin.
Pres euç cevauce le sir de Biauvaisin
7285A cinq cent homes de cil de son demin ;
Ne mistrent garde che se ors isent Païn,
Cestui folaje tornoit a mal destin ;
Car a fenestres de son paleis mabrin
Fu Maugeris, vestuç d’un samiç fin ;
7290Voit les garçons, li queus, li bedoïn
Ver la citei condur a tant traïn
Li fer defiç ; lor le mostre Landin,
Nabor le noir, deu parenté Sobrin.
« Baron », dit-il, « je voil estre devin ;
7295« S’il ne s’en pansent Machon et Apolin,
« A cil castel vinent nos mal voisin.

CCCXI[1]

« Tost », dit le roi, « feites senç nul demor
« Mener les maistres d’encing e de labor
140 a« Chi m’ont ja feit e desfeit mantes tor ;

    — 7275 firent — 7279 Bien furent — 7281 or preinos — 7282 Si les preinons — 7286 se manque — 7288 pailes — 7295 S’il ne sen pant

  1. — 7299 fei e d. mantes cor.