Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/407

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Monta Çarlons e Gondelbof de Frise,
138 bLes doçes pier chi servent saint’ Iglise ;
Ensamble ou lor furent mant fils marchise ;
7220Gardent la ville comant estoit asise.
Lor a dit Çarles : « Ai ! bon saint de Galise,
« Proié nos Sir che, por sa jentilise,
« Grace nos dunt che la cité soit prise
« Che nos defant dou chemin la conduise
7225« Ou peligrins irunt en ton servise. »

CCCVIII[1]

Le roi devalle del belfroi batailer ;
Par tot les host fist banir e crider
Rois, duc e queins e marchis e princer,
Les jantil homes e tot les civaler,
7230Tot li serjans et ardiç bacaler
Chi desirent honor a conquister.
Ch’a li troi jorn et au quart tot enter
Soient a terme de lor cors aasier,
Li quint aprés se facent bien armer
7235Cun por combatre quant lor ferunt mester ;
La prime fois ch’il oïront soner
Les olifans, si corent adober ;
A la segunde, soient tuit a destrer ;
Et a la terçe, pres lor confaloner ;
7240Tuit les archiers e les arbalestrer
Ait un serjant por un escu porter ;
E quant le roi le firont comander,
Soient a terre cil che devront berser.
« A nom Jesu e de sa verjen mer
7245« E de l’apostre ch’alons por aquiter,

  1. — 7228 quels marchis — 7230 ferians — 7233 asier — 7236 oirent — 7239 Et a la trençe — 7242 firent — 7244 A mon — 7245 chailons.