Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/405

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7160François entrent dedenç le bois foili,
Trencent cil chesnes, ces aubors unt croisi,
E les Polain se sunt tot adasti
137 aDeu tot porter a quatre, a cinq, e a si ;
Flamans les unt bien doleç e poli.
7165Tant redotent le roi e son casti
Ch’en .xvi. jorn fu le labor compli
Entor les host : unque plu beus n’en vi.
Rolant avoit un cevaler ardi
Che fu a Meus neç et enjenuï :
7170Bernart oit nom, mout fu de sen garni.
Por droit parler l’Espegnois, bien vos di,
Cun de enfançe iluec il fust nori,
En l’ost n’ert meudre. Rolant li dist : « Ami,
« Tu sais d’Espagne le çamins plus anti ;
7175« N’i a cités ne çastel signori
« Che ne m’aiés e només e gehi.
« Fust hanc a Nobles ? » E cil respont : « Ohi.
« Car me laisés aler, por Deu vos pri ;
137 b« Je alerai chanjés e revesti
7180« Ensi cum vunt a Mech li Arabi.
« Au retorner, en Damedeus me fi,
« Vos dirai bien comant seroit seisi
« La grant cité e des autres ausi.

CCCVI[1]

« Sir », dit Bernart, « ne me soieç revel
7185« D’aler a Noble enclin sot mon capel,
« Car a lei prandre vos voil estre bidel. »
— Va », dit Rolant, « Jesu soit ton chadel. »
A ces paroles s’en vait a son hostel ;

    — 7163 & a si — 7167 unqz — 7169 et emie nui — 7171 les spegnois

  1. — 7185 endi.