Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Atant ec vos Rolant et Oliver le du,
6940Hestous e l’arcevesches e Girart le membru
E tut les autres per, embrons soç lor escu.
Les soudaer de Rome maine Rolant o lu.
D’autre part vient Ogier e Naimes le zanu
E Gueines de Magance e Guinimer son dru.
6945Les fier signal de l’aigle ou le camp d’or batu
Baile Çarle a Ogier e cil l’ait receü.
« Sire », dit le Dainois, « merci, par l’aut Jesu.
« Che vient il ce a faire ? Che avec vos sentu ?
« S’en vunt Paiens ensir, les culvers mescreü ?
6950— Gardieç bien nostre ensagne », le roi oit respondu,
« Che bien savrés por choi vos avons esmeü. »

CCXCV[1]

Lor cuite bien Uger e li cor l’endevine
Che le roi atendit la bataile Païnne.
Chi dunc oïst Rolant cum il corne e busine :
6955E le munt e le plan e le val en tentine ;
E sist el vair destrer, che brait cum serpentine,
132 bChe l’invoia Isorés a le franche corine.
Le duch tient un baston d’une aste frasenine ;
Les batailes arenge e conforte e dotrine.
6960Les non de l’ost fu mis : Cevaler la roïne.
Maugeris l’amiral, che la cité dimine,
S’est armeç mantenant, a cist si feit ensine.
Le mur fu tot covert de la jent Saracine ;
Sor la tor desploient l’ensagne cendaline :
6965Mars i ni tot armé, chi bataile destine.
Signor, quant cist signal est sor la tor perine,

    — 6940 girant — 6943 naumes — 6947 damois — 6951 aurons esmu

  1. — 6953 la baile p. — 6957 frache — 6958 dun aste f.