Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/396

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6910E leiserunt le roi e si baron dormans,
Se ce lor vien a droit dunt somes devisans.
Mais le proverbe dit des homes ancians :
« Une panse le buef e l’autre le vilans ».
Carles, quant fu le soir, mande son camberlans
6915A Naimes de Baiver, ad Uger e Rolans
E a tot les barons o il s’est plu creans
Ch’il veilesent la nuit e il e lor serjans,
Lor destrer enselés e vestuç lor clavans ;
S’il oïsent la nuit soner ses olifans,
6920Montent e a lui vinent, ne lor fist autre bans ;
E soient estupé tretot le feu ardans ;
E mostrent de dormir, mai ce soit color vans.
Les barons le firent, mai mout sunt merveilans.

CCXCIV[1]

L’imperere meesme oit son aubers vestu
6925E oit cinte Joiose, le bon brant amolu,
Sor son lit se couga pensis et irascu ;
D’un covertor de paile chi d’un vair forés fu
Se fist le roi covrir ; lor sunt les autres mu.
Polainos sunt armés sor bon destrer crenu
6930E sunt une sol fois environ l’ost coru.
A la lune luisant sunt partiç e moü ;
L’ost lasent, si s’en vunt tot a paset menu ;
132 aNe cuident par nul estre sorpris ni conseü.
Dou partir s’est le roi tres bien aperceü ;
6935Quant il croit qu’il fusent do leue avant o plu,
En estant est salis e fors deu triés ensu ;
Son olifant sona ; François l’unt entendu ;
A ceval monterent, poi sunt au roi venu.

    — 6911 Se ce nos u. — 6912 M. le uerbe — 6920 M. on lui

  1. — 6924 imperer — 6931 lume — 6938 monteret.