Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6655« Cil che menai de Balant l’Esclavons
« Ne fu si beus, voire croi, ne si bons. »
Rolant le prant por le rice frenons ;
Le roi regarde et treit ses capirons :
« Preneç le, sire ». Çarlon fist le repons :
6660« Ne place Deus, niés, che le vos toilons ;
126 b« S’il fust hestor, esparver o fauchons,
« Je le prendisse ; mai de vos entendons
« Feir come feit li mercheant prodons
« Quant oit noriç fil o niés grant e lons :
6665« Se il feit bien e ne le voit felons,
« Sa marchandise li met tot a bandons,
« Aler l’en laise e por vals e per mons ;
« E cil porchace, chi bien soit sa raisons.
« Da Deu, bel niés, e de ma nuriçons
6670« Vos voi si feit che desor vos metons
« Les fais des armes che porter solions. »
Teris apelle : « Moine cist Aragons
« Pres Vailentin, si li’n fais compagnons.
« Se amblant aveç palafroi ni ronçons,
6675« Sil nos amoine, che cil bien recevrons.
« E vos, Hestous, hosteç vos garnisons,
« Si irons disner : hore est e saisons. »

CCLXXXII[1]

Pres la raison che li rois oit rendue,
Tornent as tendes nostre jent absolue.
6680Hestous de Langre de robes se remue,
Pois voit manger au tref li Mansel Hue.
Quant la primere viande i fu venue,
Anç ch’ele i fust da ceschuns receüe,

    — 6660 deus mes — 6663 pordons — 6666 marchandaise — 6669 manu riçons — 6670 mentons

  1. — 6678 redue — 6683 A. che li f.