Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Mout menace les autres a mener jusqu’a outrance,
« Mai il dit ch’enver vos ne volt gere ne tance.
— Hestous », ce dit Rolant, « iceste demandance
« Est par vos et par cil chi n’unt autre poisance
6630« Fors che de menacer : c’est ceitive venjance.
« Or promet Ysorés novelle amistance,
« Ch’il n’avra mal por moi s’il primer ni comance,
« Anç i porterai bien honor e reverance,
« Car n’est tiel Saracin de la soe creance. »
6635Grant honte oit Hestous, si’n fist bien demostrance ;
Son seneschaus apelle, che fu neç de Costance :
126 a« Tost fa monter mes homes, por Deu, senç arestance.
« Se plus ci demoruns, tuit somes en balance.
« Adeu, sir enperer, la febre moi comence ;
6640« Jamés non restarai si serai en Proance.
« Se Ysorés ne m’atant por art de nigromance,
« Jamés n’avrai por lui engombrer ni pesance. »

CCLXXXI[1]

De ce joient les princes, li duch les barons.
« Par mon cief, il a droit », ce dit le roi Çarlons,
6645« Hestous ; ni baste mie ch’il hoit sté en prisons,
« E cil les ranpognent che de cil fu ocaisons.
— Oï voir », respondi Hestous, le fil Otons.
— Signor », dit Naimes, « hoimés de cist laisons ;
« De ce che voi un petit parlerons :
6650« Dou bel destrer che devant nos veons
« Ne parleç rien, che li ses per n’avons ? »
Hoster li feit le chier sami de brons ;
Dou garder penent les mendres sor li lons.
Au roi dit Names : « Sir, ce est rice dons ;

    — 6626 amenere iusqz autrance — 6628 inceste — 6629 aute p. — 6642 emgonbrer

  1. — 6647 Oiuor — 6648 niames.