Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/385

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Quant fui par vos irés et morne et enclin.
— Tre bien l’avés mostré », ce dit le palatin :
6600« Requis fu Malgeris, se son palés mabrin
« Vos randist, ch’il avroit son fil a ses demin ;
« Ne fui pas menteü au primiran latin,
« Mais de la cité randre por le chançe al Païn ;
« Si v’en trai por guarant Guauter, le glot d’Orlin,
6605« Che dist lor, oiant moi, che stoie home fraïn,
« Ne moi ne vit en cort a soir ni a maitin ;
« S’ancor le puis atandre, por le cor sant Martin,
« Je li trarai la lengue au cortel açarin.
— Hestous », dit l’enperer, « ne lui portés haïn :
6610« Gauter cuida bien dir, sans nul mauvés engin,
« Por defanse de vos contre cil Saracin.
« S’en voleç nulle amende, je le ferai d’or fin.
125 b— Treisomes », dit Rolant, « ces paroles a fin :
« S’il fust li chanje a faire dou nostre a lor voisin,
6615« La mel i aüst mester e non pais le venin. »

CCLXXX[1]

Un petit fist Rolant corucee senblance.
Hestous s’en apercuit, fortment li atalance ;
Oiant tretot oit dit : « Je n’ai de nul dotance,
« Anç dirai les paroles, a chi en torn folance,
6620« Che vos mande Isorés devant le roi de France,
« Car je lui em plevi quant fi ver il sevrance.
« Cest destrier vos envoie, mes il vos qiert fiance
« Ch’unque jorn en bataile ne ferés violance
« E ne ferés sor lui de spee ni de lance.
6625« Gardés cist baselis, c’est sa reconovance :

    — 6602 primira — 6603 chance — 6605 hom — 6607 pius

  1. — 6616 En petit — 6623 feros — 6624 spea.