Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A celui jorn quant le fist civaler.
Ne vos savroie conter ne deviser
Le valimant dou fren e des strever :
Tuit sunt d’arjant e sorplumé d’or mer,
6520E les arçons d’un blanc avoire cler ;
Entaileç stoit devant en le primer
Sanson li fort, quant brisa le piler ;
Dan Herculés estoit en cil darer,
124 aCun il ancis sor son piç au lever
6525Le fils la Terre ch’aveç oï nomer :
Chi sor cil doç venist bien a penser,
De grant proese lor poroit remembrer.
Or leisons hore de cist hernois ester.
De la façons dou bon ceval corser
6530Pleit vos oïr ? Je la vos sai conter.

CCLXXVI[1]

De la beuté de lui vos dirai primiran :
Les pieç avoit copés e tot quatre bauzan ;
La choe avoit vermoille, cun se fust pint a man,
La crope larje, e le un costé blan,
6535E le autre fu noir plu che nul agreman,
Roge e magre la teste, e le col gros e san ;
Long estoit por bien corre, ni trop magre ni plan ;
Gai fu quant ert carjés, et au monter human.
Chali, un escüers, le conduit por le fran.
6540Ysorés l’oit montré Hestous, nostre catan.
« Sire », ce dist li duch, « par le cor sant Abran,
« Cist poüst cevaucer l’emperaor Troian.
— Voire », dist Ysorés ; « je vos jur por certan,

    — 6519 Sorsplume — 6521 Etaileç, prmer — 6527 De g. prose l. p. remember

  1. — 6531 vos drai p. — 6532 cop̃us, quate b. — 6535 E lautre — 6537 corer — 6538 G. fui q. hert c. et haum h. — 6540 moster — 6541 disti.