Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/378

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Per Maomet, s’or por nemi m’avrais,
« En Panpaluine un mois n’alberçerais.
— Voir », dist le roy, « pis che poi si nos fais ;
« Ja por menaces rien n’i guaagnerais.
6410— Or demorés », dist Ysorés, « en pais. »
Ja desandist tot iré dou palais
Quant il encontre sa mer Geophanais ;
Ne fu plu belle pois la Olinpiais.
Quant voit son fil, si le prant por le brais ;
6415Cent foi le baise, disant : « Douç fil, ou vais ?
« Vien a ma canbre, si te desarmerais.
122 a— Ariere, dame », dit Ysorés, « te stais :
« Ne sun tes fil ; en chanje acoliç m’ais.

CCLXXI[1]

— Fil », dist la mere « di moi che t’oit mester.
6420— Dame », feit il, « le conjé vos requer.
« A grant mervoile sui guarniz d’un mal per,
« Quant, soul por randre un ceitis prisoner,
« Ne me volt traire de mans Çarlon li fer ;
« Si m’acovient a l’ost prisons torner.
6425« Mes, par la foi che je vos doi porter,
« Se je retorn a l’ost François arer,
« Dan Malgeris s’enconvient bien garder.
« Je sen Rolant si feit, che volunter
« Moi recivra par un son escüer ;
6430« Pois me veirés jor e nuit travailer
« Comant m’an poisse de tiel onte vanger.
— Fil », dit la mere, « de ce non toi doter.
« Veneç pres moi e me leirés parler ;
« Tost me verais cil dur cors aploier.

    — 6406 ser por — 6409 guagnerais — 6410 en bais — 6412 Sa mere g. — 6413 B a barré la

  1. — 6421 A g. meroile — 6424 asbst prisons — 6429 Mor recuira. — 6434 aploiter.