Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/376

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLXVIII[1]

Devant le pere s’est li fils aresté ;
121 aA ses espales il oit son heum gité
Si cun il fust por mesaje mandé ;
6355Sor ses pieç est duremant aficé ;
Tot aut parole, el roi oit salüé :
« Par moi vos mande vetre fant Isoré,
« Che Çarlon tient pris en sa poesté,
« Hui en cist jor de lui agés pieté.
6360« Quant ne voilés rendre vostre cité
« Par lui rescuir, ce li vient bien a gré ;
« Mes feites dunche che Hestous l’aduré
« Sain et haitis, ensi cum moi vehé,
« Sor bon ceval jusque l’ost envoié ;
6365« Pois ert vos fil de prison delivré.
« J’en sui hostaje ch’anchoi le reavré.
« S’ensi non feites, l’amor de lui perdré,
« Car il prochace de novelle amisté. »
Le roi lui garde, si n’oit un ris çeté.

CCLXIX[2]

6370« Bieus sire fils », dit en riant le pere,
« Vestre venue oit fait ma joie antere.
« Bien me tint Çarles pis che fil de bergere
« S’il croit homeis ve lais torner ariere.
« Comant moi serf, avant che jel requiere ?
6375« Anch nul servis le fist le fil ma mere,
« E ne fira, fors de mort batailere.
« Mai bien conois che ce li oit feit fere

  1. — 6368 Car li p.
  2. — 6374 C. mois. s. — 6375 fil manere.