Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Rollant apelle un valet de Granmont ;
Feit soi mener un palafroi reont.
6325Plus de cinq çent montent, qi o lui vont.
Tant sunt alés che la porte veront.
Dist Ysorés : « Jantil duch de Clermont,
120 b« Torné vos rier » ; e li ber li respunt :
« De moi vos membre. » A cist mot s’en revunt.

CCLXVII[1]

6330Rollant s’en torne e le Païn gerpi ;
A l’ost le roi a son trief desandi.
Or escoutés cun era l’Arabi ;
Vient a la porte ; le porter les avri ;
Quant le conuit, mout en fu esjoï.
6335Avoche lui s’arotent plus de si ;
Vien a la place, si demande Chali,
Un escüers ch’autre foi le servi.
Quant est desis, si le dit : « Beus ami,
« Tien cist ceval, ne a home che soit vi
6340« Nel rendre tu tant che revegne ci. »
Pois vait monter au paleis signori ;
Plus de du cent Saracins le segui.
En mi la sale enpante a ors broni
Son pere trove durement esbaï,
6345Che molt mervoile de ce ch’il oit oï :
Son fil revient cum s’il s’en fust fuï ;
Grant enposible lui sanble, quant ensi
Laisé l’avoient si mortieus anemi ;
Croit che il aie un mauvés pleit basti ;
6350Maomet jure et Apolin ausi
Che rien ne quireroit che il n’i otri.

    — 6323 grailinont

  1. — 6334 moit eri fu e — 6335 plus desioi — 6339 Tient, ne ha ome — 6341 pailes — 6343 enpance — 6345 mereuoile — 6351 che il niere otri.