Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/374

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« M’envoierés sans e vis mantenant,
6295« Je vos lairai torner a sauvemant
« En Pampaluine ou tot vos garnimant ;
« Nul autre hostaje fors la foi non domant. »
Isorés voit ch’il nel dit en gabant ;
En tot sa vie ja ne fu plus joiant.
6300Lor s’anjenoile, bien le virent çinq çant.
« Sire », feit il, « mil merci vos en rant ;
« A mon podoir ferai vestre comant.
« Mai se le pris rendre non sui posant
120 a« E je retorn a vos isnelemant,
6305« Sero je traite ? » Rolant respont : « Niant ;
« Anç serez vos clamé plus avinant. »
Ysoreç jure a son Deu Trivigant
Ch’il mandera Hestou au cor vailant
San et heitis entre si bienvoilant
6310Cil jour meesme, avant li vespremant,
Ou en prison tornera de presant.
Disoient Frans : « Ci oit bon convenant. »
Rollant le driçe, pois oit dit en oiant :
« Ou sunt ses armes ? Aportés les atant. »

CCLXVI[1]

6315Cil porterent les armes, chi les unt.
Isoreç s’arme devant Rolant le cont ;
Lui et ses homes mult grant honor li font.
Le bon ceval ch’il perdi leç le mont
Li stoit menés ; Rolant dist che il mont,
6320E cil si fait ; pois li aporteront
L’escuç coupé, ou le grans pertus sont,
E cil le prant, mais de lançe n’oit pont.

    — 6296 En paluine — 6299 En to sa — 6300 Loz — 6301 en uos rant — 6306 aumant — 6311 tornerai — 6314 aportai

  1. — 6315 Cil poterent.