Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant fu monté, la porte el pont passa ;
Damediex proie, qui tot le mond crea,
6210Hestous confunde, qu’ensi le spoenta ;
Ja por son gré jor de prison n’istra.
Tant ha eré que a l’ost ariva ;
Au tref desent ou l’enperer trova ;
Grant fu la presse qu’entor lui s’arota.
6215Lor conte ou roi tot si con il parla
118 bA Maugeris, que asés l’escouta :
« Bien vos sai dire que tant com il pora
« Son Deu ne sa cité nus jors non guerpira
« Ni rois Marsille son sir non boisera ;
6220« Ains vos menace que gaire non ira
« Que sor le geu les dés vos cangera.
« Je li dis tant qe il s’en coroça.
« Je qu’en diroie ? Por Hestous envoia,
« Le plus faus home c’onque fu ne sera.
6225« Quatre Paien ou palés l’en mena.
« Et je avoie ou roi ja dit pieça
« Que je avoie dus Hostous leisiés ça,
« E Maugeris tantost por lui manda.
« Quant je le vi, grant joie m’en doubla ;
6230« Lor le cinai, mais petit me monta,
« E dis ou roi : « De Hostous ci point non a ;
« Unques cestui mon seignor non parla
« N’ainch en sa cort non bevi ni menga. »
« Si vos veisés con Hostous rohella
6235« Les oil sor moi ! Por pué ne me tua.
« Desmanti moi e ribaut me clama ;
« Dist che en sa vie nul hom tant ni dota
« Ch’il soi celast ne chi lui enjendra ;

    — 6210 A Hstous — 6216 quas es lescouta — 6217 Biez — 6220 non uira — 6223 enuaia — 6229 le ue — 6230 A le ciuai ; B li cenai — 6237 che est ajouté par B.