Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/363

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La mange et dort tant que il esclari,
Que nostre rois de France messe hoï.
5990Rollant envoie por Lanbert de Beri ;
Le duch i vient et Uliver ausi :
114 a« Niés », dit li rois, « manderons Maugeri
« Que tost nos rande le paleis seignori,
« Si avra son fil que nos tenomes ci.
5995« Se ce ne feit, doublemant le deffi.
« Ferons le nos ? — Sir », dist Rollant, « ohi ;
« Mais vos baron ne metés en oubli,
« Hestou de Langre, que ier matin perdi ;
« Je sai de vor Paien en sunt saisi.
6000« Por cil Seignor qui de mort suresci,
« Le mon coraje, que j’ai gran et mari,
« N’avra ja joie, de voir le vos afi,
« Si avrai Hostous prés moi, sans et heiti,
« O je savrai s’il ert mort autresi. »

CCLIV[1]

6005Le roi apelle Gauter, le fil Begon :
« Alés vos an, sains pont d’arestoison,
« Dir Maugeris qu’il façe nostre bon
« De Jesus croir et de garpir Mahon :
« Tut ses honors quitemant i leiron
6010« E, s’il nos sert, encor li acroistron.
« Se nel veult fere e nos responde non,
« La cités rande e son fil li randron,
« O voiremant a forques le pandron,
« Saus s’il avist Hostous en sa prison :
6015« Le uns por l’autre encuei delivreron.
114 b— Grant merci, sire », ce dist le fil Milon ;

    — 5993 pailes

  1. — 6006 daroistoison — 6011 nõs responde n. — 6013 uoieramant.