Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/362

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qu’il ait sol pris cist paleis que veois,
5960« Tant i avra perdus de ses Franzois,
« Plus non perdi Cesar des Romanois
« La en Tesaile, el doloros tornois.
« Se il atend dous semaines o trois,
« Je li croi metre ou cor un teil efrois
5965113 b« C’onque Girard, lui ne ses Vïenois,
« Ne li mis teil devant a Maschonois.
— Sir », dist Hestou, « je li fu, ce sachois :
« L’orguel Girart i vi et mus et qois
« E de ses mors tot covert le chamois ;
5970« Fuïr le vi come batu borgois.
« Quant Carles poigne d’abatre un orguelois,
« Sacés de voir qu’il non vient a gabois.
« Por ce vos pri que prodome soiois :
« Le maitinet un latiner prendrois ;
5975« Mandés a l’ost enquere et si savrois
« Se Carles tient vos fil en son destrois :
« S’il le tient pris, por moi le reavrois,
« Je ne veul dir por rendre un Espagnois,
« Mais sor le pris rendroit il mielz Artois,
5980« O voiremant me peseroit a orfrois. »

CCLIII[1]

De ces paroles le roi molt s’esjoï ;
« De part les Diex, ensi soit ! » respondi.
Nabor apelle et Landin, son ami :
« Menés le o vos sor cil toral anti ;
5985« Feites q’il soit gardés et bien servi. »
Et li Paien le firent tot ensi ;
De sor la tor menent li quens ardi.

    — 5962 toloros — 5963 semanies — 5968 girart iuit — 5971 dabate — 5972 non vie a g. — 5973 qui p. soios — 5976 S carles

  1. — 5984 Menelle.