Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Hestou m’apellent la en la grant Bergoigne ;
« Duch sui de Langres, nus hom le me caloigne ;
« Un sui des doçes qi por saint Jaque poigne.
112 b« Bien te sai dir qe tu n’ais pris un moigne,
5910« Mais hom qi a maint Paien le chief reoigne.
« Si tu me rendes mon destrer de Sansoigne,
« Mon riche brant e mon hiaume e ma broigne
« E tu me lasses aler tant que je joigne
« A cil Cesare qui tot le mond resoigne,
5915« De moi avrais en sa cort bon tesmoigne.
« Pur que tu laises les Diex que il ne doigne
« E crois Jesus, qui tot les biens enpoigne,
« Il n’a nulle ire q’il ne la te pardoigne.
« S’il nel feisist, je lui ferai vergoigne,
5920« Car il redoute ma ire e ma ranpoigne. »

CCL[1]

Rois Maugeris, qui un sorrire fist,
Prant le frans duch et joste soi le asist ;
De ce qu’a dit grant grace l’en ofrist.
« Aorés », feit il, « le vostre Jesu Crist
5925« E je Mahon, que croi qe mieus disist.
« Je ai un mien fil qu’en la bataille prist
« Le duc Rollant (un Paien le me dist) ;
« Or non sai jé aprés qu’il en feisist.
« S’il le a vif et il le moi rendist,
5930« Je vos leroie aler quant vos pleïst,
« Car bien s’afeit le change d’andous cist.
« Mal feroit Carles se mon fil m’oncisist
113 a« Por q’il son per ne sa honor defendist. »

    — 5907 longres — 5915 en sancort — 5916 lex diex — 5917 en jesus — 5919 Sil net f.

  1. — 5926 Jeia.