Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/359

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5880Quant a ce dit, si s’est alés ofrir
Au quens d’Anjoi : « Je sui a vos pleisir. »
Treit sun anel, Gauter le va bailir.
Le roi le garde, si comance a sorrir.
Dissent François : « Deu le puesse maudir,
5885112 a« Quant il ne prant nostre saint batestir,
« Qu’en cist n’avroit nulle bonté a complir ! »

CCXLVIII[1]

Jofroi d’Anjoi Ysoré en amaine
Il e ses homes droit a son trief demaine ;
Vestir le fist d’un velus taint en graine ;
5890Bel fu de cors et de volunté saine.
Jofroi li quens por le dit Carlemaigne
Trop grant honor i fist a cele çaine
E au dormir, sans trop guarde vilaine.
En cele nuit Eliger de Toraine
5895Garda les host con le duc de Polaine.
Le soir meiesme en mi sa sale altaine
Fist Maugeris, qui dolor ne lontaine,
Mener Estou, nostre rize chataine,
Conjura lui sor la loi Cristiaine
5900S’il hert de France ou de plu terre estraine
E q’il le face de son estre certaine :
Bien croi q’il est, s’il ne li ment la vaine,
De plus aut gré que un . . . . .

CCXLIX[2]

« Rois », dit le duch, « je n’ai de mentir soigne
5905« Ni de celer mes non por teil besoigne :

    — 5881 a uois p. — 5883 comande

  1. — 5888 Il esses h. — 5903 que uit telex de laine, membre de phrase inintelligible.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCXLIX