Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/357

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Il feit de toy e de m’amor gaagne ;
5825« E s’il acroir en la soe loy non dagne,
« Mande moy Ostos in mé celle canpagne :
« De toy e luy feron merché e bragagne.
« E s’il est mort, de toy venjanze pragne
« Rolant, mes niés, tot si com el immagne ;
5830« N’avras por moi cosse dont il se plagne. »
Dist le Paien : « Ja por moy non remagne.
« Doman trovez que le messaje impragne :
« Proier feray mon per qe il vos vagne
« Vestre bon fer ains che la mort m’atagne,
5835« S’i manderay mon anel por insagne.
« Mais son valor sent de si aute hovragne,
« S’il tenist tot l’enpire de Romagne,
111 a« Ja por reschuir mon cors de mort estraigne
« N’en randroit il le col d’une montaigne. »

CCXLVI[1]

5840Disent François : « Mout est fort cist Païn :
« Ne dote mort vailant un Angevin. »
Le roi apelle Gauter, qui fu d’Orlin,
Qi bien savoit de Espaigne le latin :
« En Pampelune m’en irais le chemin
5845« Dir Maugeris q’il garpisse Apolin
« E de moi tagne sa terre et son dimin,
« Pués il rendrai le meilor de son lin.
« Chouse que non, a mout petit termin
« Ni i leirai tant qi vaille un Parexin ;
5850« E se lui prant por forçe ni engin,
« Ja merçé quere ni argiant ni or fin

    — 5825 soa — 5830 Naueras — 5832 trouerez — 5833 qil — 5837 lenpir — 5838 reschiur — 5839 Ne uãredroit

  1. — 5841 Ne dot — 5849 Ni ilenai.