Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/356

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« S’il le veit vif rendre, vos le farois
5800« Mander son fil sen mal e sen henois ;
« E s’el fust mort al doloros tornoys
« (Ce est une cosse che devient mante fois),
« Je n’intand mie, bien veul che le saçois,
« Che le prison soie mort por desrois.
5805« S’autre n’avient por la verage crois,
« Da moie part sunt asolus l’Espanois :
« Non sera pas ni quatre jors ni trois
« Que m’an iray por chacer a mes bois.
— Sir », dist Rizars, « ne se velt estre irois :
5810« Lassés nos fer, ja mal i doterois. »
Roland apelle Ybir, che fu d’Artois :
110 b« Puison manger ? — Oïl, sir, demanois. »
L’aigue domande, e partiz sunt li trois.

CCXLV[1]

Au manger veit Rolant et sa compagne.
5815Au roy tornent arer li troy catagne :
Tant i dist Naymes et Oger d’Alemagne
Que l’enperer sa grant ire refragne.
Il en apelle le Saracin d’Espagne.
« Veus tu », feit il, « che dou vivre t’apragne ?
5820— Oïl, dan roy, comant ? Or me l’ensagne.
— Mande a ton per, che grant follie ingragne,
« Che de Marsille plus son onor non tagne :
« S’il croit Yesus e Machomet desdagne,

    — 5799 Sil v. v. reder — 5801 dolors — 5802 mañt f. — 5803 Je non i. m. bie, lessaçois — 5804 desroiois — 5807 Nuugera pas — 5808 ma iray — 5809 Sire dist dist r. — 5812 sire — 5813 partiz sut

  1. — 5814 compage — 5815 catage — 5816 oger de bemagne — 5817 refraie — 5819 dõ uiuer — 5820 or mensagne — 5821 Maucle.