Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/355

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La vient Ricars, le duc de Normandie,
Oger e Naime a la barbe florie ;
Il prant le duc, sil tret a une partie ;
5775Riant li dist : « Se Deu moi beneïe,
« Sire Rolant, ne lerai nel vos die :
« Celui a tort qui son droit contrelie.
« Quant home est saje et court a l’envaïe,
110 a« De folloier les autres dechastie.
5780« Non fetes, sir, por Diés le fil Marie,
« Che li mavés en facent gabarie.
« Portés vostre oncle onor e cortesie ;
« Venés a lui, ne vos vergognié mie,
« Che plus vos ame d’ome qe porte vie.
5785« Ne sarés querre prixon ne manentie
« Q’il vos non dont trestoit avant complie.
« Dou roy avés feite une departie
« Dont mante gent endivinent envie ;
« Venez abatre la lor malle pensie.
5790« Se insi non fetes, non sera cortesie.

CCXLIV[1]

— Fetes le, sir », dist Oger li Danois,
« Et non metés li bien fer in repois. »
Respond Rolant : « Tornez vos an al rois ;
« Da moie part n’i a nul estralois.
5795« Se vos m’amez, le myen sir prïerois
« Que da sa part face aller un Francois
« En Pampelune, a Malgeris le rois
« Savor s’el a Hestos en son destrois.

    — 5772 Auient, nomandie — 5774 Il prat — 5775 A n’a écrit que les deux premiers mots de ce vers, le reste est de B — 5777 C. adort — 5782 vostre manque, la place est grattée — 5783 Venenes, enuergoie mie — 5785 A querere ; B corrige quere — 5788 D. mant g. endiumẽt en uie

  1. — 5793 Respod R. uos anderoys — 5794 Da mia p.